En 2011, le service de pharmacologie clinique et le centre régional de pharmacovigilance et d’informations sur le médicament de Tours estimait qu'en matière de vaccination seuls 1 à 10 % des effets indésirables graves sont notifiés. Cette sous-notification s’explique par un manque de temps, une […]

Lire la suite