L'association citoyenne italienne Corvelva qui milite pour la liberté vaccinale continue son enquête et dévoile, après le rapport d’analyse du vaccin Priorix Tetra, le rapport du vaccin obligatoire Infanrix hexa.

L’analyse qualitative et quantitative des composés organiques du vaccin révèle entre autres la présence de 65 contaminants chimiques dont seulement 35 % sont connus; contaminations chimiques dans le processus de fabrication ou contaminations croisées avec d'autres chaînes de fabrication, toxines chimiques et toxines peptidiques bactériennes (les peptides bactériens sont rapportés dans la littérature comme étant des allergènes potentiels capables d'induire des réactions auto-immunes).

Mais aussi surprenant que cela puisse paraître les antigènes vaccinaux utilisés pour produire une réaction immunitaire n’ont pas été identifiés dans leurs formes originelles lors de l’analyse. À la place apparaît un polymère insoluble, constitué de l'ensemble des antigènes liés chimiquement entre eux, réagissant à l'essai de protéines, mais qui n'est reconnu par aucune base de données protéiques. Il s'agit d'un composé solide d'une structure chimique inconnue. Cette macromolécule, dérivée du mélange antigénique, dont la conformation spatiale et la structure chimique sont différentes des antigènes originels, ne permet pas d’induire une réaction immunitaire protégeant contre les maladies indiquées. L’efficacité et la toxicité du vaccin Infanrix hexa sont donc imprévisibles.

Ce n’est pas la première fois que des analyses indépendantes pointent du doigt des problèmes de sécurité potentiels découlants des procédés de production et des caractéristiques structurelles et biologiques complexes des produits (vaccin Meningitec, vaccin Priorix, etc.).

Il est inconcevable que des états contraignent leurs citoyens à recevoir des vaccins pour lesquels il n’y a aucune garantie d’innocuité. Il est du devoir des autorités d’adopter une politique de santé publique visant à réduire massivement le nombre d’accidents post vaccinaux. Et de laisser à chacun la liberté de disposer de son corps, c ‘est un droit fondamental.

Analyse complète

Mary Pasteur